Un stage pour explorer l’archétype de la mère intérieure…

 

Un stage pour fairer le point sur la mère en nous…

 

Celle que nous avons eu,

Celle que nous sommes, pour nos enfants, réels et/ou symboliques, pour nous même, pour les autres,

Celle dans laquelle nous plantons nos racines, la Terre Mère…

Notre relation au maternel dépend bien évidemment de ce que nous avons vécu avec notre mère. Le plus souvent, la mère est bien intentionnée, mais elle n’est pas “parfaite” et ce qui peut faire souffrance pour l’enfant, c’est le décalage entre la façon dont l’aime sa mère et la façon dont il.elle a besoin d’être aimé. La mère intérieure est un aspect de notre psyché qui reproduit ce que nous avons expérimenté dans notre enfance avec notre mère. Mais cette mère intérieure est aussi constituée par notre expérience d’autres figures maternelles que nous avons croisées, et par toutes les images culturelles de la “mère” dont nous avons été imprégnées. La relation que nous avons eu avec notre père, dans ses dimensions maternelles, participe également de la construction de cette mère intérieure.

 

La mère intérieure que nous avons intégrée va déterminer notre relation à nous même, notre relation à nos enfants, réels et/ou symboliques, et notre relation aux autres. Comme nous avons été traités enfants, nous nous traitons nous même une fois adulte, et comme nous nous traitons, nous traitons les autres ou nous les laissons nous traiter. Si dans notre enfance nous ne nous sommes pas sentie importante par exemple (ce qui ne veut pas dire que nous ne l’étions pas), une fois adulte nous allons continuer à nous considérer comme pas importante et nous allons laisser les autres nous traiter comme si nous n’étions pas importante. Nous considérerons aussi que nos idées, nos projets, nos créations, ne sont pas importantes.

Il n’est pas possible de modifier le passé et nos premières expériences de vie. Mais il est tout à fait possible de changer le présent et donc la façon dont nous nous traitons. Même pour les femmes qui ont vécu une relation destructrice avec leur mère dans l’enfance, il est possible de reconstruire la mère intérieure et de faire cicatriser les blessures. C’est cela que veut dire ‘devenir une bonne mère pour soi”. Et c’est ce qui permet par la suite d’être une “bonne” mère pour les autres. Je vous rappelle qu’une “bonne mère” ce n’est pas une mère parfaite, c’est une mère “suffisamment bonne” (concept emprunté avec beaucoup de joie à Winnicott!).

Dans cette réparation de la mère intérieure, intervient alors la Mère Sauvage. S’il est important de couper le “cordon psychique” avec notre mère, il est fondamental de chercher et de nous connecter à notre mère sauvage, mère emplie de sagesse, qui nous aide à nous connecter à notre nature profonde, à notre richesse et à notre puissance intérieure.

“Cette mère (la mère sauvage) est une école qui nous a vues naître, une école où nous étudions et où nous enseignons, tout cela en même temps et pour le reste de notre existence. Que nous ayons ou non des enfants, que nous enrichissions la terre du jardin, le domaine scientifique ou le monde la poésie, nous trouvons toujours la mère sauvage sur notre passage…”

Clarissa Pinkola Estes, in “Femmes qui courent avec les loups”

 

Pour soigner et fortifier la mère intérieure de chacune, le groupe de femmes constitue une formidable matrice. Car : “Ce remède consiste à faire en sorte que la jeune mère intérieure de chacune soit maternée par des femmes en chair et en os, plus sages, plus âgées et de préférence passées à l’épreuve du feu et solides comme le roc. Après ce qu’elles ont enduré, elles ont des yeux qui voient, des oreilles qui entendent, des langues qui parlent, quel qu’en soit le coût désormais.”(ibid)

 

Ce stage vous permettra d’identifier et de soigner les aspects de votre mère intérieure qui ont besoin de guérison, de vous connecter à votre mère sauvage, et de là, de vous connecter à la Terre Mère. Vous pourrez alors vous re-co-naître comme fille de la Terre, enracinée, dressée entre ciel et terre, dans toute votre puissance de femme.