Un stage pour identifier et rencontrer son saboteur intérieur…

Un stage pour l’affronter et s’en libérer…

Un stage pour s’autoriser à vivre dans la lumière…

Un stage pour contacter sa puissance intérieure…

Tout au long de notre vie, de l’enfance à la vieillesse, nous pouvons être victime de violence : physique ou psychologique, violences des “autres”, violences de la société, des traditions, des religions, violences politiques… 

Mais à côté de ces “prédateurs” extérieurs, il existe dans la psyché une entité destructrice, une force contre nature qui cherche à détruire, à saboter, qui s’oppose au développement, à l’harmonie, au sauvage. Cette force, notre saboteur intérieur, fait partie de nous, et comme elle n’est le plus souvent pas conscientisée, elle nous agit sans que nous en rendions compte.

 

Qu’est-ce que le saboteur intérieur ?

 

Cette force, qui nous fait nous autosaboter, Clarissa Pinkola Estés dans “Femmes qui courent avec les loups” l’ appelle le prédateur intérieur. On pourrait la rapprocher de l’archétype de l’ombre de Jung, sans l’y identifier totalement.

Ce prédateur intérieur, ce saboteur intérieur, apparaît chez chacun de nous ; il nous coupe de notre intuition, de notre créativité, de nos élans, il nous fait douter de tout, il saccage nos idées et nos rêves. Il nous accompagne depuis la naissance et son origine n’appartient pas au conscient. Il est présent en permanence et c’est lui qui est à l’origine de toutes nos “petites voix”, celles qui nous dénigrent et nous découragent en permanence. Nous pensons être libres de nos choix et décisions, mais en fait, c’est le saboteur intérieur qui choisit et prend les décisions pour nous, sans que nous en soyons conscients. Il est nourri de toutes les croyances négatives, conscientes et inconscientes, personnelles et transgénérationnelles, que nous avons sur nous même et sur la vie.

“L’insuffisance de sève nourricière est une des grandes causes des souffrances de l’être humain, mais il existe aussi dans la psyché un aspect contra naturam, une force contre nature. Cette force contre nature s’oppose à l’aspect positif : elle va contre le développement, contre l’harmonie, contre le sauvage. C’est un antagonisme meurtrier qui est né en nous, et même les meilleurs des soins nourriciers ne peuvent empêcher que le seul but de l’intrus soit d’essayer de transformer tous les carrefours en routes barrées.   Clarissa Pinkola Estes in “Femmes qui courent avec les loups”

 

Comment se libérer du saboteur intérieur ?

 

Comme toutes les créatures de l’ombre, le saboteur intérieur n’aime pas la lumière. La première tâche est donc de le mettre en lumière, de prendre conscience de sa présence. Comme pour les trous noirs qui sont invisibles et que l’on repère uniquement par les effets qu’ils ont sur les autres corps célestes, on peut détecter le saboteur intérieur par les effets qu’il a sur nous. Il s’agit dans un premier temps de conscientiser nos croyances négatives, nos peurs, nos renoncements, et de reprendre confiance en notre nature intuitive et instinctuelle. Il faudra ensuite identifier comment il a prise sur nous, comment nous nous faisons “attraper”, quels sont les points vulnérables de notre psyché.

Dans un deuxième temps, il s’agit de se confronter au prédateur : le voir tel qu’il est, le contenir, ne plus le nourrir. Transformer son énergie destructrice en énergie de vie. Pour cela il faut convoquer notre intuition, nos muscles psychiques, notre détermination, notre courage. Car il faut du courage pour “voir” les dégâts qu’il a occasionnés dans notre vie et pour poser un “plus jamais”. C’est nous qui faisons exister le saboteur intérieur, nous avons donc le pouvoir d’en triompher, de lui faire restituer ce qu’il nous a volé, et d’ainsi transformer son énergie en quelque chose d’utile.

“Des cendres du prédateur, de ce qu’il en reste, renaîtra de fait quelque chose, mais sous une forme plus réduite, plus reconnaissable, quelque chose qui aura un bien moindre pouvoir de duperie et de destruction – car vous vous serez réapproprié nombre des pouvoirs qu’il utilisait pour détruire et vous en aurez fait de l’utile, de l’adéquat.”   Clarissa Pinkola Estes